La passerelle Solférino

 

"La redécouverte de la pierre précontrainte au début des années 90 revient incontestablement à Peter Rice dont Henry Bardsley va vous présenter certains travaux à la fin de la matinée.

 

Parmi ces projets, le moins connu est assurément le projet de concours que Rice développa avec les architectes Chaix et Morel pour la passerelle de Solférino en 1992. Ce projet mettait en ¤uvre de la pierre précontrainte. Malheureusement ils perdirent le concours.

 

La passerelle Solferino traverse la Seine au niveau des Tuileries. L'élément structurel principal du projet était une arche précontrainte de manière externe sur une portée de 105m, ce qui en aurait fait une des plus grandes arches en pierre jamais construite, en tout cas la plus élancée. L'arche était utilisée comme le tablier inférieur du pont rejoignant les quais bas. Un tablier supérieur en acier et bois reposait sur cette arche par l'intermédiaire de bielles. Ce tablier rejoignait les niveaux supérieurs des quais, sur le même principe que le projet lauréat de Marc Mimram.

 

La section de l'arche en pierre était de 3.6m par 0.8m. Contrairement au Pavillon du Futur, le système externe de précontrainte était implantée en partie supérieure de l'arche afin de dégager un gabarit suffisant pour le passage des péniches. Le système de précontrainte était constitué de deux double câble en acier et de bielles, probablement en acier moulé. Le projet n'a évidemment pas été détaillé mais on peut imaginer que des solutions techniques similaires à celle de Séville auraient été employées.

 

Ce projet est aussi intéressant parce que Rice proposa en fait 2 matériaux pour construire l'arche précontrainte. Il envisagea la pierre mais aussi le verre d'une manière qui à ma connaissance n'a jamais été experimentée. L'arche aurait été construite avec des voussoirs constituées de plaques de verre collées. Tout comme la pierre, le verre est un matériau cassant mais il est aussi très résistant à la compression, notamment perpendiculairement à son plan . Le verre peut donc s'adapter relativement facilement à des formes structurelles comprimées.

 

Ce projet montre comment les recherches de pointe sur d'autres matériaux comme le verre, pour lesquelles Rice est surtout connu, peuvent se croiser avec la construction en pierre contemporaine."